Les trottinettes électriques sont-elles écologiques ?

Les trottinettes électriques sont-elles écologiques ?

Quel est l’impact environnemental des trottinettes électriques par rapport aux autres moyens de transport ? Peuvent-elles faire partie d’un système de transport durable ? Noa Khamallah de Charge présente les résultats de récentes études.

Au cours des derniers mois, les trottinettes électriques ont fleuri dans de nombreuses grandes villes du monde. Elles offrent un moyen de transport pratique, à la demande et accessible à tous pour se déplacer avec l’électricité, qui est normalement moins polluante que l’essence ou d’autres combustibles fossiles.

Trottinettes électriques : Un impact écologique encore méconnu

Ce débat sur les moyens de transport les plus écologiques a été très controversé, surtout avec la récente croissance de la part de marché des voitures électriques dans le monde.  Certains accusent les voitures électriques d’être en fait plus polluantes que les voitures conventionnelles à carburant fossile, assurant leurs arguments dans la production et le (manque de) recyclage des batteries lithium-ion. D’autres se concentrent sur l’extraction de métaux rares ou sur la production d’électricité dans les pays dont les réseaux sont basés sur le pétrole ou le charbon.

D’autres disent qu’elle est plus écologique parce qu’elle réduit les émissions pendant la phase d’utilisation, c’est-à-dire la conduite, surtout si elle est couplée à une énergie décarbonisée (un réseau électrique basé sur les énergies renouvelables). “Aujourd’hui, avec la multiplication des études scientifiques sur ce sujet, nous sommes presque certains que oui, la voiture électrique est plus écologique que la voiture diesel ou à essence dans pratiquement tous les cas” dit Noa Khamallah.

L’impact environnemental des trottinettes électriques vu par Noa Khamallah

Si l’on veut mesurer l’impact environnemental des trottinettes électriques, il est nécessaire d’analyser les 4 phases principales de son cycle de vie. Les deux premières sont les phases de fabrication du véhicule (le moteur et les autres composants sont ensuite assemblés) et la phase de production d’énergie du véhicule (l’énergie qui permet de faire rouler le véhicule est polluante). Viennent ensuite la phase d’utilisation du véhicule (quand il est conduit) puis l’entretien et la fin de vie du véhicule (comment il est entretenu et recyclé ou détruit quand il ne fonctionne plus). Dans chacune de ces phases, il y a des impacts environnementaux différents.

Pour les trottinettes électriques, c’est un peu comme les véhicules électriques. Dans la phase de production, nous devons prendre en compte toute l’énergie consommée pour extraire les matières premières, les transformer, les assembler… Cette étape est importante pour tous les appareils électroniques car c’est là que la batterie (très polluante) est prise en compte.

Concernant la phase de production d’énergie, là encore, les trottinettes électriques ont des problèmes similaires à ceux des voitures électriques. Si l’électricité est produite de manière écologique (énergie renouvelable ou décarbonée), l’impact environnemental de cette phase sera plus faible. En revanche, si elle est produite à partir de la combustion de combustibles fossiles (comme le charbon, le pétrole ou le gaz), l’impact écologique, et surtout la quantité de gaz à effet de serre libérés, augmente.

Ensuite, la phase d’utilisation est cruciale pour les trottinettes électriques et les véhicules électriques en général, car c’est là qu’ils ont un réel avantage. En effet, pendant la phase d’utilisation, les véhicules électriques (y compris les trottinettes) ne polluent pas. “C’est vrai, il n’y a pas d’émissions de CO2 ou d’autres émissions polluantes – seulement des particules liées au freinage” souligne Noa Khamallah. Cela signifie que plus les trottinettes électriques (ou voitures électriques) sont utilisées longtemps, plus elles ont un avantage écologique.